Covid-19: le variant Omicron

Covid-19 le variant Omicron

Le variant Omicron a été découvert pour la première fois en France, à la Réunion, le 30 novembre 2021. Il s’agit du premier cas d’une nouvelle variante du coronavirus se propageant en France.

Le patient testé positif était un homme de 53 ans qui était au Mozambique et est resté en Afrique du Sud avant d’arriver à La Réunion. Chez un homme, la maladie se manifeste par des douleurs musculaires et de la fatigue. Tous les niveaux locaux et nationaux ont été immédiatement informés et des travaux sont en cours pour trouver rapidement des personnes de contact.

La nouvelle de l’émergence d’une nouvelle souche de coronavirus, la variante Omicron, a anéanti nos espoirs que nous reviendrions enfin à la vie avant Covid.

Mais faut-il paniquer à propos de la variante Omicron ?

Le variant Omicron, découverte pour la première fois il y a quelques jours en Afrique du Sud, trouble la planète. De nombreux pays ont fermé leurs frontières et suspendu leurs vols vers l’Afrique du Sud pour contenir la propagation du nouveau virus. Sa forte capacité à pénétrer les cellules est particulièrement préoccupante. Par conséquent, selon l’OMS, la probabilité de propagation d’Omicron dans le monde est élevée.

Omicron a 32 mutations dans la protéine S (qui est la clé de l’entrée du virus dans le corps), y compris la mutation N501Y, qui est associée à une transmissibilité accrue. D’autres mutations peuvent affecter l’efficacité de la réponse immunitaire.

Ainsi, Omicron possède beaucoup plus de mutations que la variante Delta, qui elle-même possède déjà un grand nombre de mutations, concentrées principalement dans la région d’une protéine qui interagit avec les cellules humaines.

En Afrique du Sud, où le variant Omicron a été trouvé, la forme sévère de cette souche n’a pas encore été identifiée. Une fatigue intense, des courbatures, une toux sèche et des démangeaisons de la gorge sont des symptômes courants que les patients ressentent.

Il est encourageant de constater que si la nouvelle souche présente de nombreuses mutations qui pourraient la rendre plus infectieuse que les précédentes, la variante Omicron n’a pas encore provoqué de formes graves du coronavirus. Les symptômes sont maintenant décrits comme étant plus doux. Pour le moment, rien ne prouve qu’il soit plus pathogène.

Le traitement étiotrope du nouveau virus doit être considéré comme la seule approche justifiable de la prise en charge des patients. L’essentiel est d’empêcher la pénétration du virus dans la cellule et de bloquer sa réplication.
Continuer à lire: Un médicament à base d’ivermectine Stromectol, 24 heures après avoir été ajouté à la culture cellulaire, réduit la quantité d’ARN du virus de 93% et après 48 heures – de 99%.