Acheter Ventoline sans ordonnance

Acheter Ventolin Inhaler sans ordonnance

Agoniste sélectif des récepteurs β2-adrénergiques. Aux doses thérapeutiques, il agit sur les récepteurs β2-adrénergiques des muscles lisses des bronches et a un effet bronchodilatateur de courte durée, prévenant ou stoppant le bronchospasme. L’aérosol pour inhalation est dosé sous la forme d’une suspension de couleur blanche ou presque blanche. Inhalateurs en aluminium avec un distributeur en plastique avec un capuchon de protection.

Ventoline 100 mcg prix


Indications du traitement par le Salbutamol

  • soulagement des crises d’asthme bronchique, y compris l’exacerbation de l’asthme bronchique sévère ;
  • prévention des crises de bronchospasme liées à l’exposition à un allergène ou provoquées par l’activité physique ;
  • utilisation comme l’un des composants du traitement d’entretien au long cours de l’asthme bronchique.
  • maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), accompagnée d’une obstruction réversible des voies respiratoires, y compris la bronchite chronique et l’emphysème.

Ventoline méthode d’application et dosage

L’inhalateur-doseur Ventolin est destiné à une utilisation par inhalation uniquement. Seul un médecin peut décider d’augmenter la dose ou la fréquence de prise du médicament.

Il n’est pas recommandé d’utiliser l’inhalateur Ventoline plus de 4 fois par jour. La nécessité d’une utilisation fréquente des doses maximales de Ventoline ou une forte augmentation de la dose indique une détérioration de l’évolution de la maladie.

Adultes (y compris les patients âgés)

  • Soulagement d’une crise de bronchospasme : la dose recommandée est de 100 à 200 mcg (1 à 2 inhalations).
  • Prévention des crises de bronchospasme liées à l’exposition à un allergène ou causées par l’exercice : la dose recommandée est de 200 mcg (2 inhalations) 10 à 15 minutes avant l’exposition à un facteur provocateur.
  • Traitement d’entretien à long terme : la dose recommandée est jusqu’à 200 mcg (2 inhalations) 4 fois par jour.

Enfants

  • Soulagement d’une crise de bronchospasme : la dose recommandée est de 100 à 200 mcg (1 à 2 inhalations).
  • Prévention des crises de bronchospasme associées à l’exposition à un allergène ou causées par une activité physique : la dose recommandée est de 100-200 mcg (1-2 inhalations) 10-15 minutes avant l’exposition à un facteur provocateur.
  • Traitement d’entretien à long terme : la dose recommandée est jusqu’à 200 mcg (2 inhalations) 4 fois par jour.

Utilisation pendant la grossesse et l’allaitement

Pendant l’allaitement et la grossesse, le médicament n’est prescrit que dans les cas où le bénéfice attendu pour la mère l’emporte sur tout risque possible pour le fœtus.

Le salbutamol peut passer dans le lait maternel, il n’est donc pas recommandé aux femmes qui allaitent de le prendre, à moins que le bénéfice attendu pour la mère ne l’emporte sur tout risque potentiel pour l’enfant.
On ne sait pas si le salbutamol dans le lait maternel a un effet négatif sur le nouveau-né.

Le patient doit être informé de l’utilisation correcte de l’inhalateur Ventoline. Les bronchodilatateurs ne doivent pas être l’unique ou le principal composant du traitement de l’asthme. Si l’action de la dose habituelle de Ventoline devient moins efficace ou moins prolongée (l’effet du médicament persiste pendant moins 3 heures), le patient doit consulter un médecin.

Un besoin accru d’utiliser des bêta2-agonistes inhalés à courte durée d’action pour contrôler les symptômes de l’asthme indique une exacerbation de la maladie. Dans de tels cas, le plan de traitement doit être revu. Une aggravation soudaine et progressive de l’évolution de l’asthme bronchique peut mettre la vie en danger.Par conséquent, dans de telles situations, il est urgent de résoudre le problème de l’augmentation de la dose de corticostéroïdes.

La thérapie avec des agonistes bêta2-adrénergiques, en particulier lorsqu’ils sont administrés par voie parentérale ou par nébuliseur, peut entraîner une hypokaliémie. Une prudence particulière est recommandée dans le traitement des crises sévères d’asthme bronchique, car dans ces cas, l’hypokaliémie peut augmenter en raison de l’utilisation simultanée de dérivés de la xanthine, de corticostéroïdes, de diurétiques et également en raison de l’hypoxie. Il est nécessaire de contrôler le taux de potassium dans le sérum sanguin.

Avec l’utilisation simultanée du médicament avec un agent pour l’anesthésie par inhalation, avec la lévodopa, le risque de développer des arythmies ventriculaires sévères augmente. L’utilisation simultanée d’anticholinergiques peut augmenter la pression intraoculaire. Les diurétiques et les corticostéroïdes renforcent l’effet hypokaliémique du salbutamol.

Après inhalation, 10 à 20 % de la dose de salbutamol atteint les voies respiratoires inférieures. Le reste de la dose reste dans l’inhalateur ou est déposé dans l’oropharynx puis avalé. La fraction déposée dans les voies respiratoires est absorbée dans les tissus des poumons et du sang.
La partie avalée de la dose inhalée est absorbée par le tractus gastro-intestinal et est activement métabolisée dans le foie. La liaison du salbutamol aux protéines plasmatiques est de 10 %.

Le médicament doit être utilisé avec prudence en présence d’antécédents de tachyarythmies, myocardite, malformations cardiaques, sténose aortique, maladie coronarienne, insuffisance cardiaque chronique sévère, hypertension artérielle, thyréotoxicose, phéochromocytome, diabète sucré décompensé, glaucome, crises d’épilepsie, troubles rénaux. ou insuffisance hépatique; en même temps que les bêta-bloquants non sélectifs, pendant la grossesse, pendant l’allaitement

Salbutamol surdosage

  • ​​hypokaliémie, baisse de la tension artérielle, tachycardie, tremblements musculaires, nausées, vomissements ;
  • moins souvent – ​​agitation, hyperglycémie, alcalose respiratoire, hypoxémie, maux de tête ;
  • rarement – ​​hallucinations, convulsions, tachyarythmie, flutter ventriculaire, expansion des vaisseaux périphériques.

Ventoline – Effets secondaires

  • Réactions allergiques : très rarement – réactions d’hypersensibilité, y compris urticaire, œdème de Quincke, bronchospasme, hypotension artérielle et collapsus.
  • Tremblements, maux de tête ; très rarement – ​​hyperactivité.
  • Tachycardie ; parfois – un rythme cardiaque fort (pulsation, palpitations); rarement – ​​expansion des récipients périphériques; très rarement – arythmies, y compris la fibrillation auriculaire, la tachycardie supraventriculaire et l’extrasystole.
  • Très rarement – ​​bronchospasme paradoxal.
  • Parfois – irritation de la membrane muqueuse de la cavité buccale et du pharynx.